Interview : Joseph BRAGARD

Bonjour Joseph, tout d’abord peux-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Joseph Bragard, j’ai 20 ans et suis en première année de STAPS. Je suis joueur au club depuis 12 ans maintenant et l’éducateur des U17.

À peine 20 ans et déjà éducateur des U17, comment t’es venue cette envie ?

Depuis tout petit, je suis tous les jours au stade et j’ai voulu prendre exemple sur mes anciens éducateurs et sur ceux que je considère comme des modèles, à savoir Jean-Michel, Yannick, William Dymant et Colté, Thibault Drouin, Mot et Betok. Donc naturellement, quand Mot m’a proposé de prendre l’équipe 2 des U15, j’ai accepté.

Parle-nous de tes meilleurs souvenirs en tant que joueur et éducateur.

En tant que joueur j’en ai trop mais si je devais en choisir un seul je dirais le match de la montée en U19 contre Fameck, il y avait une ambiance de dingue. En tant qu’éducateur c’est surtout le fait de voir grandir et progresser au sein de notre club un très grand nombre de joueurs et joueuses.

Si tu devais prendre une qualité à un autre joueur du club, laquelle serait-elle ?

Je prendrais l’envie de gagner de Julien Rolandi parce qu’il ne s’arrête jamais, même à l’entraînement. Il est là pour gagner et seulement pour gagner et ça donne envie de faire toujours plus pour être meilleur semaine après semaine.

Comment analyses-tu ton début de saison ?

En tant que joueur, très mitigé parce que je n’ai pas été assez décisif dans les gros matchs (Sarrebourg, Gandrange ou Nousseviller) alors que j’ai eu des possibilités de les faire basculer en notre faveur. Je devrais déjà être à une dizaine de buts alors que je ne suis qu’à cinq.
En tant qu’éducateur, c’est surtout de la frustration qui ressort de notre première phase. Nous avions les possibilités de finir dans les deux premiers de notre groupe et d’aller en phase haute tant au niveau du jeu proposé en match que de la qualité aux entraînements. Nous n’avons malheureusement pas su concrétiser tous les temps forts que nous avons eu pendant nos matchs, maintenant nous dépendons des résultats des autres équipes et du fair-play pour accéder à notre objectif.

As-tu un message à faire passer aux 125 personnes qui ont voté pour toi ?

Je tiens à les remercier même si c’est Betok qu’il fallait élire car c’est la pierre angulaire du club. Sans Betok il n’y a pas d’A.S. Montigny !

Pour terminer, la question du « vaincu » du sondage Betok : « D’abord bravo pour ta victoire Joseph ! Tu es un vrai rouge et noir, parle-nous de ton lien avec le club. »

Pour ce club je suis prêt à tout ! On peut dire que j’y habite presque vu le nombre d’heures que j’y passe, tant pour m’entraîner que pour venir voir les autres catégories de jeunes. C’est grâce à ce club que j’ai trouvé mes meilleurs potes. Grâce aux éducateurs que j’ai eu, j’ai envie de rendre ce que l’on m’a donné en passant mes diplômes petit à petit. J’aimerais aussi remercier tous les bénévoles, les parents et les joueurs qui font de ce club ce qu’il est aujourd’hui parce que sans eux on n’en serait pas là, cette belle ambiance qui règne actuellement ne serait pas possible ! C’est grâce à eux que quoi qu’il arrive je serais un 🔴⚫️

Interview réalisée par Thomas SCHMELZ – Communication – A.S. Montigny-lès-Metz 

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.